Dépendance sexuelle

L’addiction au sexe est-elle une réalité ?

Parler d’addiction sexuel pose tout d’abord le problème de la définition du comportement sexuel « excessif » car il est difficile et controversé de définir le concept même de dépendance sexuelle. De nombreuses personnes qui s’adonnent à des activités sexuelles « excessives » – telles que définies par les professionnels – n’en éprouvent pour autant forcément de détresse ou de souffrance.

Des attitudes sexuelles restrictives sont à la base de la définition et du diagnostic de la dépendance sexuelle.
La dépendance sexuelle serait défini comme un trouble psychologique dans lequel les personnes adoptent des comportements sexuels excessifs qui ont un impact négatif sur leur vie. Bien qu’il s’agisse d’un concept couramment utilisé par les profanes et les professionnels, tous les psychologues ne sont pas d’accord pour considérer l’hypersexualité comme un trouble. Elle n’est pas mentionnée dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) publié par l’American Psychiatric Association. En revanche, un trouble similaire, connu sous le nom de trouble du comportement sexuel compulsif, est inclus dans la Classification internationale des maladies (CIM-11), publiée par l’Organisation mondiale de la santé.

L’addiction au sexe est difficile à définir

Pourquoi existe-t-il un tel désaccord entre les professionnels ? Il s’avère que deux des critères utilisés pour définir l’addiction au sexe – l’impact négatif et l’excès – sont difficiles à cerner.

Tout d’abord, il n’est pas certain que l’impact négatif rapporté par les personnes qui se déclarent dépendantes au sexe découle réellement de leur comportement sexuel. De nombreuses personnes ayant un niveau élevé d’activité sexuelle consultent des thérapeutes en raison de symptômes de détresse psychologique, mais il y en a aussi beaucoup d’autres qui se sentent tout à fait satisfaites de leur vie sexuelle très active.

Par exemple, regarder du porno, se masturber, avoir des relations sexuelles occasionnelles et rendre visite à des travailleurs du sexe sont considérés comme des comportements typiques de la dépendance sexuelle. Cependant, de nombreuses personnes qui s’adonnent à ces activités ne ressentent aucune détresse. Ainsi, l’attitude des gens à l’égard de la sexualité est importante pour déterminer s’ils jugeront leurs propres comportements sexuels comme ayant un impact positif ou négatif sur leur vie.

Deuxièmement, il y a la question de savoir combien de sexe est excessif. De nombreux thérapeutes et chercheurs s’intéressant à la dépendance sexuelle définissent le terme « excessif » comme le fait de pratiquer plus de sept actes sexuels menant à l’orgasme par semaine. Cela inclut à la fois la masturbation en solo et l’activité sexuelle en couple.

La raison pour laquelle les professionnels ont choisi de définir le terme « excessif » par sept ou plus est que les patients qui cherchent de l’aide pour leur dépendance sexuelle signalent généralement une activité sexuelle de cet ordre. Cependant, le psychologue Joshua Peters de l’université Carleton (Canada) et ses collègues soulignent qu’il est fort probable qu’un pourcentage assez important de la population réponde à ce critère de dépendance sexuelle.

hypersexualité femininine
Hypersexualité, mythe ou réalité ? L’addiction sexuelle concernerait aussi les femmes. Selon une étude allemande parue dans le Journal of Sexual Medicine, 3% des femmes souffriraient d’hypersexualité avec des comportements sexuels à risques une masturbation plus importante.

Une libido élevée sans détresse

Dans un article qu’ils ont publié en 2022 dans les Archives of Sexual Behavior, Peters et ses collègues font état d’une étude qu’ils ont menée auprès de plus de mille participants nord-américains, âgés de 18 à 87 ans, avec un nombre à peu près égal d’hommes et de femmes. La question clé était de savoir à quelle fréquence chaque participant atteignait l’orgasme, que ce soit par masturbation en solo ou par rapport à un partenaire.

Certains des résultats étaient prévisibles. Par exemple, les hommes ont déclaré avoir des orgasmes plus fréquents que les femmes, que ce soit lors de rapports sexuels avec un partenaire ou lors de masturbation en solo. Bien que ces résultats soient cohérents avec de nombreuses autres recherches, on ne sait toujours pas si cette différence entre les sexes est due à la biologie – c’est-à-dire que les femmes ont une libido intrinsèquement plus faible que les hommes – ou à l’influence sociale, qui apprend aux femmes à réprimer leur sexualité alors que les hommes sont encouragés à l’exprimer.

Conformément aux recherches précédentes, les données de cette étude ont montré que la fréquence des orgasmes diminuait avec l’âge, surtout après 45 ans environ.

D’autres résultats étaient surprenants. En particulier, les chercheurs ont constaté une corrélation positive entre la fréquence des orgasmes lors de la masturbation en solo et lors de rapports sexuels en couple. En d’autres termes, les personnes qui avaient beaucoup de relations sexuelles en couple se masturbaient également beaucoup.

Traditionnellement, la masturbation est considérée comme un substitut au sexe en couple. Autrement dit, les gens ont des rapports sexuels en solo simplement parce qu’ils n’ont pas de partenaire. Mais si tel était le cas, on s’attendrait à ce que la fréquence de la masturbation diminue à mesure que la fréquence des rapports sexuels avec un partenaire augmente.

Au contraire, la corrélation positive entre les rapports sexuels en solo et avec un partenaire suggère que la libido est un facteur sous-jacent. En d’autres termes, la fréquence de l’envie de faire l’amour varie d’une personne à l’autre. Les personnes dont la libido est relativement faible peuvent satisfaire leurs besoins soit par des rapports en couple si elles ont un partenaire, soit par des rapports en solo si elles sont célibataires. En revanche, les personnes dont la libido est élevée ont besoin d’un exutoire sexuel au-delà de ce que leur partenaire peut leur offrir.

Un courant sous-jacent de négativité sexuelle

Quel est donc le pourcentage de la population qui présente ce type de libido élevée ? Les données de l’étude de Peters et de ses collègues ont montré que jusqu’à un quart des hommes et un dixième des femmes ont déclaré avoir eu un accès sexuel total (orgasmes obtenus lors de rapports sexuels en couple ou en solo) plus de sept fois par semaine. Si un quart, ou même un dixième, de la population a des orgasmes à ce rythme, il n’y a aucune raison de qualifier cela d' »excessif ».

Chaque fois que nous parlons de comportement « normal », nous devons garder à l’esprit que ce terme recouvre un large éventail de valeurs. Certaines personnes n’ont que peu ou pas d’intérêt pour le sexe, d’autres le désirent une fois ou plus par semaine, et d’autres encore une fois ou plus par jour. Il n’y a tout simplement aucune raison, si ce n’est une attitude négative vis-à-vis de la sexualité, de considérer une certaine fréquence d’orgasme comme « excessive ».

La culture américaine est souvent dépeinte comme libérée sexuellement. En fait, cependant, un fort courant sous-jacent d’attitudes sexuellement négatives imprègne le pays. Bien que nous soyons certainement plus ouverts sexuellement qu’il y a 60 ans, beaucoup de gens considèrent encore le sexe comme « vilain » plutôt que « naturel ». Et en tant que société, nous continuons à considérer le sexe occasionnel, la pornographie, la masturbation et le travail sexuel consensuel – c’est-à-dire tout rapport sexuel en dehors d’une relation engagée – comme des maux dont il faut se débarrasser plutôt que comme des expressions de la sexualité humaine normale.

Les gens perçoivent les attitudes négatives à l’égard du sexe qui imprègnent leur société, et ils se sentent coupables de leurs désirs sexuels naturels. Les professionnels de la santé, quant à eux, se concentrent sur les comportements sexuels « excessifs » de leurs patients, qu’ils considèrent comme le problème, au lieu de les aider à considérer leur sexualité comme non seulement normale mais aussi saine.

L’être humain est par nature une espèce hautement sexuelle. Nier notre sexualité, c’est nier notre humanité. Ce n’est qu’en embrassant notre sexualité dans toute son étendue que nous pourrons comprendre ce que signifie être humain.

Laisser un commentaire