Se remettre d'une agression morale au travail

La vie après le harcèlement moral au travail

La vie après une agression morale au travail peut être un tourment permanent, la personne visée luttant pour s’en remettre. Pour beaucoup trop de personnes, la vie après le harcèlement moral au travail est une vie où la maladie et l’angoisse mentale continuent de régner. Le cerveau victime d’intimidation doit créer un plan de rétablissement. Il existe des mesures fondées sur des données probantes à prendre pour réparer et récupérer après un mauvais traitement sur le lieu de travail.

Un certain nombre de patients suivis chez Coach-Psy ont souffert de harcèlement moral au travail et cherchent des techniques pour retrouver la santé naturelle de leur cerveau. Avant d’aborder les pratiques scientifiquement prouvées pour aider une personne victime de harcèlement, nous nous attaquons à la confusion qui règne autour de la raison pour laquelle le harcèlement a eu lieu, et au sentiment fréquent qu’ont les cibles que c’est de leur propre faute. L’auto-culpabilisation est une voie sans issue sur le chemin de la guérison.

Les patients veulent savoir pourquoi, en tant qu’employés, ils sont restés dans un environnement toxique et ont subi des abus répétés. Pour surmonter cet obstacle au rétablissement, nous devons d’abord reconnaître le fonctionnement de l’intimidation afin de nous débarrasser de ses méfaits persistants.

Le premier mécanisme d’adaptation mis en place est l’aveuglement. Ce mécanisme fait que nous nous trompons en croyant que nous sommes traités équitablement ou que si nous sommes maltraités, c’est de notre faute. Les personnes se trompent alors elles-même en faisant confiance à ceux qui sont totalement indignes de confiance. La première étape du retour à la santé et au bonheur après un harcèlement moral au travail est de retirer ses œillères.


Comment reprendre une vie normale après avoir été victime de harcèlement moral au travail ?


Nous nous mettons des œillères pour nous protéger

Il n’y a rien à se reprocher. C’est juste une stratégie de survie. Si la personne qui vous maltraite est puissante, influente, qu’elle règne sur les autres et qu’elle signe votre chèque de paie, vous pouvez avoir besoin de vous tromper pour avoir confiance en elle. Toute dépendance, comme votre gagne-pain ou vos avantages, vous place en tant qu’employé dans une position vulnérable. Il se peut que vous gardiez le silence sur les injustices, que vous détourniez le regard lorsque des actes répréhensibles sont commis et que vous gardiez les yeux sur le sol si l’individu qui vous intimide s’en prend aux autres.

Lorsque vous êtes dans un lieu de travail où règne l’intimidation, il est naturel de trouver des moyens de faire face jusqu’à ce que vous puissiez vous échapper. Cependant, au fil du temps, votre sentiment d’indépendance, votre santé et votre estime de soi sont souvent érodés, ce qui rend inévitablement l’évasion plus difficile. Certains patients se sont vu dire en termes très clairs par leur médecin qu’ils devaient prendre un congé de stress. Beaucoup d’entre nous, retranchés derrière nos œillères, ne voient pas à quel point le harcèlement est dommageable pour notre cerveau et notre corps.

Comment pouvons-nous enlever les œillères et voir le harcèlement moral au travail sans subir une crise ?

Les exercices à faire doivent permettre de garder une trace des incidents de harcèlement et de ce que leur cerveau a prédit sur le moment. Il s’agit d’une application pratique des recherches de Lisa Feldman Barrett sur la manière dont nous construisons les émotions. Par exemple, un patient a prévenu son patron que sa fille devait subir une intervention chirurgicale et qu’il devait faire la navette entre l’hôpital et le travail. Bien qu’il ait été debout une bonne partie de la nuit à cause de la situation médicale traumatisante de son enfant, il est arrivé à l’heure au travail le lendemain.

Son cerveau a prédit que son patron se soucierait de lui, qu’il serait inquiet et empathique au sujet de sa fille, et qu’il reconnaîtrait les efforts qu’il a déployés pendant une période difficile pour se concentrer sur son travail. Cependant, son patron ne lui a pas parlé de la journée. Il ne lui a pas envoyé un mot pour prendre des nouvelles. Cela a fait sursauter et a nui à son cerveau. L’intimidation par l’ignorance, c’est-à-dire le fait de communiquer que la lutte et la vie d’une personne ne sont pas pertinentes, ne sont pas dignes d’intérêt et ne sont même pas perceptibles, est nuisible. Cela crée des doutes dans le cerveau qui essaie ensuite de trouver une raison au manque de gentillesse et d’attention. Il est important de ne pas laisser le cerveau choisir « c’est de votre faute » comme moyen de donner un sens à la cruauté.

Lorsque les personnes qui ont subi des brimades au travail commencent à dresser la liste des situations qui se sont produites et à noter la façon dont elles ont dérouté, blessé et choqué leur cerveau, elles commencent à comprendre que la suite est un défi, en particulier pour le cerveau.

Le cerveau ne cesse de vouloir comprendre ce qui a mal tourné, pourquoi il a fait des prévisions erronées et comment il peut mieux anticiper un monde malveillant.

Le but du cerveau est de donner un sens à toutes les données qui le bombardent en permanence, et les comportements d’intimidation peuvent entraîner une certaine confusion, ainsi qu’un retour en arrière constant, pour essayer de comprendre ce qui s’est passé et comment une telle injustice et une telle méchanceté ont pu se produire. Il est essentiel que le cerveau sorte de son brouillard pour tenter de comprendre ce qui s’est passé.

À ce stade, il est utile d’utiliser la pleine conscience et la visualisation pour mettre une barrière claire entre eux et le passé. Si le cerveau peut identifier et noter les cas d’intimidation, cela aide la cible à identifier le comportement destructeur comme étant externe et non mérité. Il s’agit d’une application pratique du conseil de Dan Siegel : « Nommez-le pour l’apprivoiser ». Les brimades sont un comportement que quelqu’un d’autre a manifesté. Le cerveau doit le laisser partir, reconnaître par une respiration lente et profonde qu’il est en sécurité, et mettre ses pouvoirs considérables au service du moment présent plein d’opportunités.

Un autre exercice qui aide le cerveau à faire le point sur la crise est d’énumérer d’un côté de la page les personnes qui ont recours au comportement d’intimidation. De l’autre côté de la page, énumérez les collègues qui sont sains, empathiques et qui mettent en avant les relations socio-émotionnelles. Bien que certaines organisations soient tellement marquées par l’intimidation qu’il peut y avoir un certain nombre de personnes qui intimident, inévitablement, il y a encore plus de collègues dans la colonne des relations saines et empathiques. Il arrive souvent qu’une seule personne apparaisse dans la colonne des brimades, ce qui permet au cerveau de reconnaître que les brimades sont une conduite isolée qui brise les relations au lieu de les renforcer.

De plus, la liste montre à la cible que c’est, en fait, l’intimidateur qui est seul ou dans un petit camp, alors que les autres constituent une communauté à laquelle la cible appartient. Si le lieu de travail est le théâtre de brimades, je demande à mon client de regarder les communautés auxquelles il a appartenu de manière saine, puis de noter les communautés malsaines dans lesquelles il a été victime de brimades.

Aidez les cibles à réguler elles-mêmes les réactions sympathiques et parasympathiques.

Une grande partie de l’angoisse mentale et physique qui survient lorsqu’on est victime d’intimidation est liée à l’activation répétée du système de réponse au stress sympathique. Dans un lieu de travail toxique où la sécurité psychologique fait défaut, les cibles et même les spectateurs peuvent avoir du cortisol constamment libéré et circulant dans le cerveau et le corps. Ce cycle est très malsain.

Les personnes victimes de harcèlement moral au travail doivent apprendre progressivement à faire pencher leur réponse dans l’autre sens et utiliser l’exercice aérobique, la nature et la pratique de la pleine conscience pour activer leur système parasympathique ou, comme le disent les scientifiques, le système « repos et digestion ». Cela permet de réduire le cortisol, la fréquence cardiaque et la pression artérielle et donne au cerveau et au corps le temps de se réparer et de récupérer. Bien que l’intimidation puisse être hors de votre contrôle, vous avez le pouvoir de faire pencher la balance vers le repos et la digestion.

Laisser un commentaire